En Afrique, promesses et mirages du numérique

Le numérique contre la pauvreté. La téléphonie mobile et Internet sont des facteurs de développement, mais risquent également d’accroître les inégalités sur le continent.
“Internet a le pouvoir de transformer l’Afrique”, Alassane Dramane Ouattara, sur les offres d’emploi en Côte d’Ivoire.
La transformation numérique pourrait donc changer la donne pour le continent africain. Celle-ci représente l’occasion d’améliorer la vie des populations, de réduire la pauvreté, de résorber le chômage et de dynamiser la croissance économique.
Le recours aux services numériques et aux nouvelles technologies contribuera à l’Agenda 2063 de l’UA.

Les TIC au service du développement en Afrique

Les technologies numériques peuvent stimuler la création d’emplois dans plusieurs secteurs clés de l’économie (santé, éducation, commerce, énergies renouvelables, agricultures, etc.), la croissance économique et l’innovation.
Ces dernières permettent une meilleure interconnexion des marchés africains. Elles peuvent également renforcer l’accès de tous aux financements et aux marchés, particulièrement dans les zones marginalisées, abandonnées par les établissements traditionnels. Avoir accès à une connexion stable et sûre est important pour réduire les inégalités et la facture numérique. Il peut contribuer grandement à offrir de nouvelles possibilités à la jeunesse africaine.

Les stratégies de la Banque Mondiale (BM) pour l’Afrique s’appuieront sur les objectifs suivants :
– Encourager la transformation numérique pour l’entreprenariat, la création des offres d’emploi en Afrique, la croissance, et également pour donner des moyens d’action au secteur privé, principalement aux PME, aux jeunes pousses du numérique et aux initiatives innovantes dans les communautés locales…
– Renforcer les compétences numériques et la maîtrise des outils numériques, notamment dans le domaine des mathématiques, de l’ingénierie, des technologies et des sciences afin de doter les jeunes des compétences nécessaires pour tirer parti de la prospérité et de la croissance promise par l’économie numérique…
– Partager les bonnes pratiques entre le G7 et les pays partenaires…
– Donner aux infrastructures numériques nécessaires les capacités afin de réduire les inégalités et la facture numérique dans ce domaine.

La Banque Mondiale s’engage aussi à assurer la sécurité des télécommunications.
Elle finance aujourd’hui plus de 1 200 projets en Afrique pour, entre autres, augmenter la productivité agricole, promouvoir une éducation de qualité, améliorer l’accès à une énergie abordable et fiable et résorber le chômage. Le ‘Projet pour l’emploi des jeunes et le développement des compétences’ (PEJEDEC), financé par la BM, vise à promouvoir les perspectives d’emploi chez les jeunes.
Vous êtes à la recherche d’un emploi : Afrique francophone ? Il y en a 600 disponibles sur Okapi emploi, le plus grand site d’emploi mondial.